Accueil Au quotidien Actualités
 

NEWSLETTER NOVEMBRE 2010

jeudi 2 décembre 2010. - 2886 visites


Dimanche 14 novembre : Marathon NICE CANNES

C’était son 1er marathon à Dominique LAUVAUX , et nous sommes heureux d’avoir pu lui donner l’ occasion de le faire. Pour cela, il fallait finir la Corrida de CHOUILLY et rester au tirage au sort !!

Résultat : 3h40 ’55" place 2197 sur 7652 classés ; c’était mon premier marathon et je suis satisfait

En-dessous le commentaire de la course envoyé aux copains du club ( le COCAA )

Avec mes remerciements renouvelés au jogging-club d’Epernay et à vous ; ce marathon n’était pas du tout prévu à mon programme ; grâce à vous j’ai franchi le pas vers d’autres horizons ; encore MERCI.

Salut les collègues du COCAA.

Commentaires de Dominique sur son marathon Nice-Cannes du Dimanche 14 Novembre.

Mon premier marathon n’a pas été merveilleux , mais je m’y attendais vu mon entraînement un peu trop juste et la fatigue du voyage :

Résultat :3h40’55" , place 2197 sur 7652 classés ( sans compter les coureurs participants au championnat de France : 579 classés ).

Je suis quand même satisfait car la course valait le voyage , quant à l’organisation parfaite , le nombre de spectateurs et le décor ( toute la course longe la mer et les plages , traversant même quelques ports de plaisance, )

Deux jours d’enfer :

Samedi matin départ du train sous la pluie et le vent à 7h ( lever à 5h ) , arrivée dans le Var à Draguignan à 14h sous un soleil radieux et une température estivale ( ça ressemblait à des vacances ).

Mon frère a réussi à récupérer les dossards avec un copain entraîneur à Nice qui se rendait à Draguignan pour un stage , super !

Samedi soir , apéro léger , mais apéro quand même ( "on verra bien demain , j’ai vu !!! ")

Dimanche matin , lever 4h30 , petit déj avec du gâteausport ( eh oui Raphaël , je m’y suis mis aussi ) , de la boisson énergétique d’attente etc... ( les marathoniens du COCAA connaissent tout cela bien sûr , mais pour moi c’était nouveau .)

Départ pour Nice avec un coureur du DUC ( club de Draguignan ) et arrivée près du départ sur la promenade des anglais vers 7h15.

Evidemment la queue aux chiottes partout , je décide alors de rentrer dans un hôtel ( j’ai choisi le premier et pas n’importe lequel, c’était le Négresco , s’il vous plait ) chouette on ne m’a rien dit en passant en tenue de course devant les hôtesses super habillées ! Après la séance WC je me sentais soulagé, ( "bon déjà une bonne chose de faite !")

Je me pointe près de la ligne mais je suis obligé de faire le grand tour ; n’ayant pas de dossard préférentiel , je me poste près du fanion des 3h30.

Qualifié pour le championnat de France mon frère Eric a décidé de courir aussi mais sans forcer , juste pour m’accompagner ( solidarité familiale oblige, merci le frangin !)

Départ prévu à 8h ; il y a de l’ambiance , mais on nous annonce que le train qui fait la navette entre Cannes et Nice pour amener les coureurs est en retard ( merci la SNCF, ah c’est vrai , on est dans le midi ! ) ; le départ est décalé de 15 minutes ; l’ambiance devient délirante avec le stress et l’impatience d’en découdre ; on nous fait même taper dans les mains en musique ( on aura tout vu ). Il y a des coureurs sur les deux voies de l’avenue ; on nous annonce plus de 11 000 participants ( si c’est vrai , il y a eu beaucoup d’abandons , ça m’étonne un peu ! )

Le temps est couvert mais doux ; léger vent venant de la droite et un peu dans le dos .

8h15 , ça y est , c’est enfin parti , seulement 20" de retard jusqu’au passage de la ligne, super ; 1er kilo en 5’20 , 2ème en 10’10 3ème en 15’ ; donc du 4’50 au kilo , un peu plus vite que prévu mais j’aurai de la marge si je veux m’arrêter,

Passé l’aéroport de Nice , suivent St Laurent du Var , Cagnes sur Mer , Villeneuve-Loubet où je me sens bien en jambes sans forcer du tout, toujours entre 4’48 et 4’51 au kilo .

J’ai tenu une cadence raisonnable jusqu’au 28ème où commençait la côte d’Antibes sur 2 kilos , mon frère monte facilement et moi déjà moins bien ( 1er avertissement ).

Dans la descente je continue péniblement en guettant le ravito du 35ème à 5’ au kilo , car je sens venir des crampes aux mollets et dans les cuisses,

L’avant dernier gel avalé " coup de fouet " qu’ils disent ( j’en ai pris tous les 5 bornes ) je n’avance plus et suis même obligé de marcher plusieurs fois ; il me semble avoir vieilli de vingt ans en cinq minutes ; passé le 37 ème en haut d’une petite côte ( ENCORE UNE !!!!! ) , j’essaie de me relancer et malgré ma volonté et les encouragements du frangin , impossible d’aller plus vite ! alors je remarche et recours 500m et remarche .....

Ah , la barre du 35ème ! J’étais pourtant prévenu !

Arrivent enfin les deux derniers kilos et le dernier gel appelé "sprint" ’ ( qu’ils disent ) plus un verre de coca que je bois d’un trait ; ça va un peu mieux et j’accélère légèrement jusqu’à l’arrivée , de nombreux coureurs me doublent dont bon nombre de femmes , enfin qui puis-je ???

Bientôt la fin ; mais je ne pensais plus aux 195 m restants après le 42 ème, que c’était long du 41ème à la ligne ! Heureusement deux rangées de spectateurs encourageaient à tue-tête en criant mon nom lu sur le dossard ( un peu comme à Charleville ) ; ça aide vraiment .

Arrive enfin la délivrance en passant sous les chronos main dans la main avec mon frère encore plus content que moi que je finisse ; je reluque mon temps , plus de 3h40 ; zut , j’ai perdu 10’ en 5 bornes . Tant pis j’ai fini mon premier marathon sans me blesser , c’est l’essentiel ; je suis heureux de l’avoir fait , car ce n’était pas du tout prévu cette année ( merci aux organisateurs de la course deChouilly ).

La suite est de la routine : tee-shirt , médaille , fruits secs et bibine , et c’est reparti comme en quarante !

Je retrouve ma famille pour quelques heures puis reprends le train de Cannes à 14h10 pour arriver à 22H à Châlons.( et lundi boulot à 8h).

BILAN :

Deux jours à cent à l’heure , un mal de jambes inhabituel lundi et mardi , mais de bons souvenirs d’un premier marathon qui , je l’espère , ne sera pas le dernier , ne serait-ce que pour améliorer mon temps si je me prépare plus sérieusement.

Merci à ceux qui ont eu la patience de me lire mon jusqu’au bout et à bientôt sur la piste .

Dominique

Dimanche 7 novembre 2010 : 10km de RETHEL

Ils étaient 3 à représenter le Club, Christian VELLY 385ème en 44’ 42’’, Patrice et Evelyne LECLERT qui après avoir battu leur record sur le semi de REIMS, récidivent tous les 2 sur 10 km.

Patrice : 45’ 56’’, Evelyne : 46’ 53’’ et une 2ème place en VF2.

Dimanche 7 novembre : Marathon de NEW-YORK

Laurent DAVIAUX y était avec 45343 autres marathoniens. Avec une météo idéale, il a savouré comme beaucoup d’autres du club avant lui, le parcours, les différents quartiers, la ferveur populaire des 2 millions de spectateurs , l’entrée dans Central Parc et le bonheur de passer la ligne d’arrivée..... 9971ème en 3h 48’ 11’’ et plein de souvenirs

Dimanche 7 novembre : Run & Bike de SARRY

Christophe CONGIUSTI (avec P. Mengual) termine 9ème sur 53 équipes.

Jeudi 11 novembre : prix pédestre de MOURMELON

Conditions dantesques : pluie, vent, froid....la totale !!!

Pas question de signer un chrono. Sur le 6.8km réservé aux féminines et aux vétérans 2 et plus....Philippe POMPON termine 36ème en 31’10 et son épouse Titine 75ème en 37’ 24’’ sur 90 arrivants.

Sur le 10 km réservé (normalement) aux seniors et VH1 (j’ai eu un peu de mal à m’inscrire), c’est quand même 161 courageux qui partent avec coupe vent, gants et bonnet !!!, un vrai temps de cross.

Florent PAROLI, gagne en 32’48’’ s’ échappant dés le départ, sans chercher à savoir ce que ceux qui le suivaient avaient en tête. Il n’avait d’adversaire que lui même. Mais la tête est solide, la confiance est au top. Une tempête d’automme ne le freinerait pas. (l’Union)

Je termine 52ème en 41’22’’ et Christian VELLY 110ème en 46’ 29’’

2ème victoire à Mourmelon - 190.3 ko

2ème victoire à Mourmelon

Christian VELLY dans la tourmente - 89.8 ko

Christian VELLY dans la tourmente

Dimanche 14 novembre : Marathon NICE CANNES Championnat de France de Marathon

Ca ne commence pas trés bien, avec de gros soucis de transport SNCF de Cannes à Nice (un train annulé !).

La météo n’est pas non plus au beau fixe, temps et mer grise.

Au 25ème, je n’étais pas bien......au 30ème, je retrouvais des jambes...la course semblait commencer...l’habitude des longues distances.

Chantal HATON passe la ligne en 4h 01’10’’ 106ème sur 114 féminines au championnat de France et 5ème VF3. Tous coureurs confondus : 4557ème sur 8232 arrivants et 11ème VF3.

quai de la gare Cannes - 123.3 ko

quai de la gare Cannes

Nice : échauffement promenade des anglais - 120.1 ko

Nice : échauffement promenade des anglais

sale temps sur fort carré - 89.6 ko

sale temps sur fort carré

Antibes : passage au semi - 132.7 ko

Antibes : passage au semi

Cannes : arrivée sur la croisette - 120.6 ko

Cannes : arrivée sur la croisette

Dimanche 14 novembre : 15ème SPARNATRAIL

Je ne donnerais pas mes impressions, mais celles d’un coureur parmi les nombreux articles parus sur des blogs et par mails.

Bravo à Bertrand, qui a consacré beaucoup de temps et abnégation pour la réussite de notre manifestation, ainsi qu’à tous les membres du bureau, qui ont soigné les détails et tous les bénévoles indispensables au bon déroulement des courses.

Quand on accueille une manche d’un championnat de France, il faut en respecter le cahier des charges et faire le minimum d’erreurs. Ce fut le cas.

Le club était représenté sur les 2 courses par 5 coureurs.

Jean-Fabrice TOULCANON prend la 7ème place sur le Sparnatrail en 4h 42’ et Christophe CONGIUSTI : 58ème en 5h 50’ pour son 1er "grand" trail

Sur le P’tiot Sparnatrail trés relevé, Fabrice MORALES termine 51ème en 2h 41’ et 3ème VH2. Deux nouveaux coureurs du Club (prise de licence en même temps que le Sparnatrail) Frédérick SEGUIN (ex EFSRA) : 58ème en 2h 43’ et Jean-Xavier COUROT : 130ème en 3h 06’.

Toutes les photos du Sparnatrail sont visibles dans la rubrique PHOTOTHEQUE

COMMENTAIRES de Raymond DEWIT C’est au cœur d’une région qui m’était très peu connue, la Champagne, que j’ai disputé ma dernière grande sortie annuelle et en plus quelques semaines avant mes 40 ans ! Le Sparnatrail était ma 4ème grande sortie Trail de l’année et ça s’est très bien passé ! Ouf ! Même si 20% du parcours se situe sur route, le Sparnatrail est assurément un Trail. Un parcours sous une température ultra clémente pour la saison : 14°c le matin ! Génial, le T-shirt est encore d’actualité même si à mi-parcours (sur la plus longue distance), une pluie fine s’invita à la fête d’où une boue blanche, crayeuse qui colle aux baskets et qui est si typique des vignobles champenois (vive le champagne...). De là également, des appuis parfois difficiles et même limites, attention danger surtout dans les descentes. La première boucle commune avec la petite distance, a été la plus facile, elle est rapide et le dénivelé y est plutôt faible. Si ce n’est un bourbier en lisière de forêt, un autre passage un peu technique sur un autre tronçon et un passage à niveau à franchir, cette première boucle ne présente pas de difficultés majeures. La seconde partie du tracé était nettement plus ardue. Un dénivelé qui m’a obligé à marcher 4 fois ainsi qu’un bourbier crayeux à franchir à l’aide d’un cordage agrémentait cette deuxième boucle. Mais toujours cette pluie fine qui accentuait la dangerosité des descentes et rendaient plus difficiles les conditions de course. Parfois, on pouvait voir les autres concurrents étant donné les chemins fort dégagées dans les vignes, automne oblige, ce qui pouvait aider ou non... Quelques chiens de chasse qui ont déboulé devant mes pieds mais heureusement pas toute la meute, ont agrémenté le parcours et donné quelques frissons quand le coup de fusil se faisait entendre. Des fois qu’un chasseur eut été un peu trop myope, il n’y a qu’un pas pour y penser. Moi qui ne suis pas amateur de chasse, je préférerais ne pas être un gibier potentiel :-)

Côté ravitos : super abondants et bien placés, on sent là toute l’expérience des organisateurs ! PS : merci à la brave dame qui improvisa un petit ravito dans son garage dans un village que nous traversions, elle a sauvé quelques traileurs, dont moi. Un geste gratuit et spontané qui fut un véritable encouragement ! Mais que ceci reste entre nous. Elle a ainsi « rattrapé » les quelques coups de klaxons rageurs d’automobilistes que l’on irritait certainement (enfin, je suppose !).

La pasta party de la veille était excellente : petite entrée ‘légumes’ et pâtes à profusion, agréable petit vin rouge en accompagnement, tout y était vraiment. L’ambiance était très sympathique et les organisateurs dans leur trip, vraiment La salle était suffisamment spacieuse pour l’après-course et cela permettait à tous de s’asseoir. Des kinés, des prix raisonnables, une bonne bière belge et du champagne à un prix vraiment accessible à tous, à recommander... Avec une bouteille de champagne comme cadeau à chaque concurrent de la grande distance !

Quant à ma propre gestion de l’effort, je me suis étonné moi-même !28ème sur 260, je m’estime très satisfait dans la mesure où j’ai rattrapé pas mal de concurrents sur la fin du parcours, j’en avais encore gardé sous le pied ! Bref, un beau Trail, rapide et roulant avec des conditions climatiques « intéressantes ».

Le parcours serait peut-être plus beau à une autre saison ? Mais la concurrence avec d’autres Trails serait plus rude aussi.

Raymond

Diaporama Sparnatrail Voir le site de Raymond : Randotrail.be

Samedi 20 novembre : Corrida de CORMONTREUIL : 8km

La corrida de Cormontreuil a pris une bonne vitesse de croisière avec 466 arrivants. Pas de photo, mais des bons résultats pour nos coureurs.

Pascal BLUM, performant sur les courtes distances fait 41ème en 30’ 48’’. Claude AUBRY suit : 117ème en 34’ 35’’. La famille LECLERT, Evelyne et Patrice réalisent leur meilleur chrono à CORMONTREUIL : Patrice en 35’ 51’’ et Evelyne victorieuse en VF2 en 36’ 06’’. La famille POMPON se défend bien : Philippe : 36’ 35’’ et Martine : 44’ 14’’

Dimanche 21 novembre : Boucles du 17ème PARIS : 10km

Jacques WEILER passe la ligne en 46’ 49’’ (439ème sur 1127 arrivants)

Dimanche 28 novembre : cross du COCAA

C’est le retour des cross et traditionnellement le JCEC démarre avec celui du COCAA, toujours trés bien organisé sur le site agréable du Mont Choizy.

Beaucoup plus de monde que l’année passée chez les garçons, mais seulemnt 3 du Club.

Florent PAROLI, pas du tout dans le rythme fait 6ème en 28’43’’ sur les 8,100km (8.4km au GPS)soit 1’10’’ de plus qu’en 2009, ça ira mieux la prochaine fois..

Pour ma part,je réalise exactement le même temps que l’année passée : 33’ 35’’ et 1er VH3.

Pascal BLUM me suit de près avec quelques autres, jusqu’au 3ème des 4 tours, sur mais une accélération de ma part, (afin d’éviter le sprint final toujours favorable aux plus jeunes), il n’arrive pas à accrocher et termine en 34’00.

Céline PAROLI c’était son 1er cross et ça lui a beaucoup plus, même avec des chaussures de route pas adaptées au terrain. Elle termine 25ème sur 32 en 24’ 36" (4.790 km)

Dimanche 28 novembre : trail d’HERMONVILLE 18km / 85 arrivants

Nous avons fait un trail trés rapide ce matin à Hermonville où nous étions trois du JCEC : moi, Fabrice MORALES ou "Momo" pour les intimes et Frédérick SEGUIN......Nous avons fait un bon tir groupé......Fabrice termine 7ème en 1h 17’ avec un trés beau final (il avait les crocs !)

Moi 10ème (un peu "lourdaud" ce matin)

Frédérick : 13ème en 1h 20’ semblait content de lui à l’arrivée.

J’ai mis 1h 19’ pour faire les 18km (13.6km/h de moyenne quand même), il y avait quelques côtes sur le 1er tiers de la course, puis c’était trés roulant car la terre était gelée. Fabrice m’a laché vers le 12ème km (on a fait les 12 premiers ensemble), je l’ai trouvé trés en forme et j’avais beaucoup de mal a le suivre en côte (c’est de bonne augure pour le week-end prochain car il fait la SAINTELYON.

Christophe CONGIUSTI

Vendredi 26 novembre : Remise des trophées du Championnat de France de Trail à VALENCE

Pour la 3ème année, Valence et le conseil général de la Drome accueillaient la Fédération Française d’Athlétisme pour la cérémonie protocolaire des championnats de France de Trails.

Bertrand ne pouvant s’y rendre, je représentais le Club en tant qu’organisateur. Cérémonie bien sympathique, où coureurs, fédé et organisateurs ont pût échanger. C’est plutôt bien d’inviter les organisateurs des courses, car comme l’a rappelé le vice président de la FFA, sans organisateurs ni bénévoles, il n’y a ni course ni champions...(C’est tout à fait ce que je pense et certains coureurs (de tous niveaux d’ailleurs) feraient bien de changer de "casquette" de temps en temps. Je trouve inadmissible et sanctionnable, les coureurs qui insultent et en viennent presqu’aux mains avec les bénévoles ne les laissant pas repartir car hors délais au festival des templiers.....tout comme au Sparnatrail, pas contents d’être arrêtés au 29ème km car hors délais de plus 1/4h en disant aux bénévoles "je n’en ai rien à "f...." de votre réglement.)

Pour revenir à Valence, dommage que nos 2 locaux Laurence KLEIN (Championne de France trails longs) et Hervé LUCAK (2ème vétéran trails longs) n’aient pas pu monter sur le podium....à cause de plusieurs heures de retard deleur TGV, suite à des problèmes techniques.

Ils seront accueillis dans la soirée, puis nous seront un vingtaine, coureurs et organisateurs à faire un "petit resto" ensemble. Je me suis donc retouvé avec Hervé LUCAK et Gilles GUICHARD Champion de France de trails vétérans depuis 3 ans et le podium féminin : Laurence KLEIN, Maud GIRAUD et Aurélia TRUEL. Nous avons beaucoup parlé trails et son "esprit" qui évolue vite (en bien ou en mal ???) depuis l’inflation des courses natures et trails, et l’arrivée des équipementiers....vaste débat.

Retour à Epernay le samedi matin sous la neige au dessus de Lyon après avoir décliné l’invitation de Laurence KLEIN a participer à son footing avec les autres filles... (même en endurance....j’aurais peut-être eu du mal à les suivre !!)


Répondre à cet article

Forum de l'article